✔ CHAPITRE 8 ✔

1.8K 228 2
                                    


RAMATOULAYE

Je sentis sa langue s'entremêlée avec la mienne, je sentis des papillons dans mon ventre, j'avais froid, mon cœur battait la chamade, je n'ai plus la notion du temps.

Mais je répondais à son baiser ! Baiser ! J'embrasse Mous... J'embrasse Moustapha !!!

Moi : mais arrête !!

Dis-je en le repoussant brutalement

Moustapha : excuse-moi, je suis désolé, je ne sais pas ce qui m'a pris !!

Moi : Non mais tu es fou, je suis une femme marié ! Je viens de tromper mon mari ! Je...

Moustapha : calme-toi, ce n'était qu'un moment de faiblesse, on avait besoin de ce baiser pour savoir où nous en sommes, et pour moi, c'est clair, je t'aime encore plus et je n'ai jamais cessé de l'être !!

Dit il me tenant la main

Je reprends ma main, et le gifle. Je me lève pleine de colère.

Moi : Je m'en fiche de tes sentiments, j'ai des valeurs et pour rien au monde, je les briserais ! Peut importe si j'aime ou pas mon mari, je ne le tromperais jamais !!

Je lui tourne le dos et accélère mes pas, malgré le sable encombrant.

Je vois un taxi et l'arrête, je monte et lui demande de me déposer chez moi en lui donnant la localisation de ma maison.

Pendant que la voiture roulait, je ne pouvais pas m'empêcher de repenser à notre baiser, j'ai vraiment aimé !

En plus, ça faisait des années que je n'ai embrassé personne ( je souris. ), j'avoue qu'il ne m'est pas indifférent.

Je l'aime et je l'ai toujours aimé ! Oui, j'accepte enfin, j'aime vraiment Moustapha. Depuis que je l'ai revu, je ne cesse de penser à lui. Et le simple fait de lui parler me fait plaisir.

Je suis heureuse de savoir qu'il m'aime ! Qu'il est toujours amoureux de moi malgré toute, c'est année !

Mais quand on parle d'amour impossible, c'est vraiment pour nous ! Jamais au plus grand jamais on pourrait être ensemble ! Rien qu'en y pensant une larme tombe.

Je l'ai mérité si je ne m'étais pas pressé de me marier, je serais libre pour être avec lui.

Je soupire, ma vie n'est que tristesse !!

Le chauffeur de taxi : Madame !

Moi :........

Le chauffeur : Madame ! Madame !

Crie-t-il, je sursaute paniqué ?

Moi :Oui quoi !

Le chauffeur : On dirait que votre esprit est ailleurs.

Moi : Désolé

Le chauffeur :Haha vous êtes arrivé chez vous !!

Je tourne la tête vers la fenêtre, et vois la porte de ma maison. Je ne m'étais même pas rendu compte que je suis arrivé.

Moi :Merci

Puis je lui tend le transport

Moi : gardez la monnaie.

Dis-je

Le chauffeur : merci, c'est gentil.

Dit il, puis il part .

Je sentis mon téléphone sonner au fond de ma pochette, sûrement, c'est Moustapha. Et je n'avais pas envie de répondre.

Arrivé sur la porte, je remarque que les lumières sont allumées et la clé n'est plus là.

Les Épines De L'Amour Où les histoires vivent. Découvrez maintenant