Chapitre 20

8.2K 189 456
                                    


P.D.V Nesrine

Le bruit de la porte me fit sortir de mon sommeil . Mes paupières lourdes essayent de s'ouvrir pour voir l'auteur de ce bruit et je finis par enfin les ouvrir à moitié . La lune illumine la pièce sombre et je me lève en restant assis sur le canapé . Je m'était endormie devant la télé avec un paquet de chips sur la table . L'horloge à côté de la télé indique 3 heure du matin et mon corps avait envie de retourner dans ce canapé même si il était inconfortable .

Je tourne la tête pour voir d'où provient le bruit et j'écarquille les yeux quand je vois Farès , debout en sang . Son arcade , ses lèvres , ses poings . Tout est en sang . Je me lève précipitamment du canapé et avance de quelque pas pour bien voir .
Il me regardait droit dans les yeux mais ne dit rien et je déteste ce silence .

-Moi : Assied toi sur la chaise j'arrive

Je me précipite à l'étage pour aller chercher une trousse de secours dans la salle de bain . Je devrais plutôt lui demandé ce qu'il lui ai arrivé et qui lui a fait sa mais je sais qu'il ne me diras rien .
Une fois la trousse en mains je descend les escaliers à vive allure et voit qu'il s'est assieds sur la grande chaise de la cuisine comme je lui ai demandé pour une fois .

Je m'assoie sur la chaise en face de lui et ouvre la trousse pour prendre du coton et de l'antiseptique que j'imbibe dans le coton . Pendant ce temps , lui , ne me quitter pas des yeux et regarder attentivement mes gestes. Il n'avait rien dit depuis le début et c'était bizarre , très bizarre . Il m'aurait certainement insulté ou dire qu'il n'a pas besoin de moi .

-Moi: Qu'est ce qu'il t'arrive ?

-Farès : Rien pourquoi ?

-Moi : Bah je sais pas ...quand je t'ai dis de t'asseoir tu t'es assis et là tu me rejette pas alors que je vais te soigner

-Farès : Je suis peut être un connard Nesrine mais pas au point de t'insulter ou de te touchée alors que tu veux me soigner

Je le regarde longuement dans les yeux et place le coton sur son arcade  . Il ne réagit pas face au produit et j'en suis plutôt surprise . Il n'a pas arrêter de me regarder dans les yeux ce qui me déstabilise fortement . Ces yeux sont ancrée dans les miens et ne veulent plus les quitter . Une fois son arcade soignée je prend ces mains est passe toujours le coton sur ses phalanges en sang . Ces mains font peut être 2 fois les miennes  ce qui me fit doucement rigoler . Je prend du ruban et l'entoure toujours autour de ses phalanges.

Plus les secondes passe et plus je ne pouvais plus supporter ses yeux dans les miens .

-Moi : Comment tu t'es fait sa ?

-Farès : Une bagarre qui a mal tournée .

-Moi : Et pourquoi tu t'es battu ?

-Farès :Vaut mieux pas que tu le sache .

Je n'insiste pas plus parce que je sais pertinemment qu'il ne me diras rien de plus . Après avoir fini je m'attaque à ses lèvres qui sont ouvertes mais rien de grave heureusement. Je passe le coton sur ses lèvres légèrement entre ouverte . Ces lèvres sont charnue et plutôt boudeuse ce qui lui donne un certains charme .

-Moi : Arrête de me regarde comme sa

-Farès : Comment ?

-Moi : Comme si tu allais me dévorer !

Il rapproche sa tête de la mienne à tel point que je sens sa respiration sur mon visage

-Farès : Peut être parce que j'en ai envie .

Ces conneries m'ont fait vivre l'enfer - Nesrine Where stories live. Discover now