40

3K 199 101
                                    

Adayah 🥀

Deux mois plus tard.

Atlanta 📍


Ivan : Adayah, tu ne peux pas me priver de la garde de mon fils !

- Tu es sacrément culotté, Ivan. Il y a 5 ans, tu m'as dit : "Adayah, cet enfant n'est pas le mien, je te le donne en cadeau." Tu t'en souviens ?

Ivan : J'étais jeune et bête, Adayah. Tu ne peux pas me punir aujourd'hui à cause de ça.

- Si je peux, et je vais le faire, Ivan. Tu n'auras pas la garde de mon fils.

Ivan : Notre fils, Adayah, et si j'aurais sa garde, laissons la juge décider.

- Tchip

Je vais péter un câble, je vous promets que je vais péter un câble. J'ai déjà vu des personnes culottées mais pas comme Ivan. Il est en train de me faire un procès parce que je refuse de le laisser voir Àngel. La semaine dernière, j'ai reçu un courrier du tribunal qui m'appelle à comparaître. Pendant tout le procès, faut voir comment il a fait sa victime.

"Elle ne me laisse pas voir mon fils, j'en souffre de ça, madame la juge. Mon fils vient d'avoir 5 ans et je ne sais même pas à quoi il ressemble."

Il a même pleuré pour rendre le truc beaucoup plus crédible. Il m'énerve trop !

Johnny, mon avocat, s'approche de moi pour m'informer que la juge est sur le point de prononcer son verdict. Nous retournons ensemble dans la salle d'audience. À l'entrée de la juge, un silence s'installe dans la pièce. Elle s'installe avant de prendre la parole d'une voix calme.

Juge : Monsieur Kepner, après avoir soigneusement examiné les éléments en présence et délibéré sur cette affaire, j'ai pris ma décision. J'accorde la garde de l'enfant Àngel Eyano Alvarez à Monsieur Kepner. Il aura le droit de le voir uniquement le week-end.

La nouvelle me frappe comme un coup de massue. Je reste figée, incrédule face à ce verdict inattendu. Ivan, quant à lui, remercie la juge avec un calme déconcertant.

Dites-moi que je suis dans un rêve s'il vous plaît ?

Ivan : Merci beaucoup, madame la juge.

Je suis abasourdie. Ivan, qui n'a jamais manifesté aucun intérêt pour mon fils, se voit accorder sa garde. Mais dans quel monde nous vivons ? Je n'arrive pas à croire que cet homme incapable a aussi la garde de mon fils purée. J'ai l'impression que le sol vient de se dérober sous mes pieds. Je suis prise d'un vertige, Johnny n'attrape les épaules pour m'empêcher de tomber.

{...}

- Je te déteste, Ivan, je te hais ! Tu vas perturber la vie de mon fils, purée. Il a déjà un père qu'il aime, pourquoi tu veux entrer dans nos vies ?

Ivan : Parce que je ne veux pas te voir heureuse. Je vais faire en sorte qu'Àngel te déteste, toi et ton connard de mec. Je vais lui dire que j'ai toujours voulu le voir mais c'est toi qui as refusé.

- Mon fils ne te croira jamais, tu sais pourquoi ?

Il ne répond pas.

A D A Y A H Où les histoires vivent. Découvrez maintenant