48

2.9K 191 225
                                    

Adayah 🥀

Quelques temps plus tard.

Luzolo Design 📍


Comme tous les matins, j'entends les murmures des employés à mon sujet. Je soupire et j'essaie de les ignorer, mais Jordan n'est pas de cet avis. Il m'attrape par les hanches, me regarde en souriant et pose ses lèvres sur les miennes.

....: Oh mon Dieu ! Ils sont vraiment ensemble ?

....: Choquée, de toute façon je savais qu'elle couchait avec le patron.

....: C'est vraiment une pute, hein.

Elles rigolent bruyamment, puis Jordan détache ses lèvres des miennes, me prend par la main et nous conduit jusqu'au groupe de filles.

Jordan : Avez-vous d'autres remarques de ce genre à faire ?

....: Non monsieur.

Jordan : Vraiment ? Depuis quelques mois, je vous entends parler sur Adayah, qui s'avère être ma compagne et la mère de mon enfant.

Les regards des filles se décomposent et un sourire se dessine sur mes lèvres.

.....: Nous disions cela seulement pour rire, monsieur. Il n'y avait rien de méchant.

Jordan : Donc, pour vous, traiter une femme de "pute" parce qu'elle est en couple avec son patron, c'est gentil ? L'harceler pendant plusieurs mois, c'est gentil pour vous ?

....: Nous sommes désolées, nous ne savions pas que c'était blessant.

Jordan : Mhm, comment vous appelez-vous ?

....: Carla Torrez

.....: Lana François

.....: Élisa Jones

Jordan : Bien, prenez vos affaires, vous êtes virées. Je ne supporte pas l'harcèlement.

Elles regardent Jordan, choquées.

Lana : Monsieur, vous ne pouvez pas nous virer comme ça.

Jordan : Si, et je vais le faire. Je ne veux plus vous voir ici d'ici une heure, sinon j'appellerai la sécurité. Chérie, on y va ?

- Oui.

Il me prend par la main et nous montons dans l'ascenseur.

Jordan : Enfin débarrassé de ces parasites.

- Tu étais obligé de les virer ? Maintenant tu vas devoir engager de nouveaux employés.

Jordan : C'est pas grave, elles commençaient vraiment à me taper sur les nerfs. Je devais les virer, l'affaire Mathilde m'a appris une leçon : "On n'attend pas deux ans pour se débarrasser des psychopathes."

Je ris.

- Toi aussi, deux ans, tu abuses.

L'ascenseur s'ouvre, nous descendons, Jordan entre dans son bureau après m'avoir caressée et embrassée, puis embrasse mon front. J'entre également dans mon bureau. Une longue journée de travail m'attend.

A D A Y A H Où les histoires vivent. Découvrez maintenant